jeudi 12 mars 2015


La relation éducative et le contrat



Lors des groupes de formation et d’analyse des pratiques professionnelles en travail social, j’ai pu tester la pertinence de la notion de contrat développée par Eric Berne en analyse transactionnelle. La mobilisation de cet outil dans le travail éducatif permet d’éviter de nombreuses déconvenues et facilite les conditions relationnelles pour développer la croissance et l’autonomie des personnes accompagnées (1). L’idée principale réside dans le fait que l’intervenant et la personne accompagnée doivent avoir une conscience claire de ce qui va les réunir ; nous pourrions dire qu’il s’agit d’un engagement explicite pour savoir ce qu’ils vont faire ensemble, pour atteindre un objectif réalisable bien identifié d’apprentissage et/ou de changement, chacun ayant conscience de ses engagements, de son rôle et de ses responsabilités dans le processus.
Les malentendus, les oppositions, les non-dits, les conflits, les échecs, les sabotages viennent le plus souvent de l’absence d’une démarche de clarification en amont du « contrat » et consécutivement des réactions et des sanctions non comprises.

Nous pouvons identifier trois aspects du contrat, l’un administratif, l’autre professionnel et le dernier psychologique.

La dimension administrative :

Elle spécifie quels sont les partenaires engagés et/ou impliqués dans l’action qui va avoir lieu ainsi que leurs attentes. Le cadre de travail est déterminé quant aux horaires, au lieu, au calendrier, aux nombre de personnes concernées, aux dates, aux rémunérations si besoin et aux clauses d’annulation.

La dimension professionnelle: 

 Elle met en évidence les objectifs réalistes qui seront poursuis, les moyens de réalisation et les modalités d'évaluation du chemin parcouru et à parcourir ainsi que les rôles et attentes de rôles attendus par les uns et les autres. C'est à ce niveau que l'intervenant doit se poser la question de sa compétence pour mener à son terme les objectifs éducatifs.

La dimension psychologique :

C’est l’engagement d’un respect mutuel et de la confiance qu’ils s’accordent mutuellement en mettant en évidence que des désaccords peuvent survenir mais que les passages à l’acte ne sont pas permis. (violences verbales et/ou physiques)
C’est la reconnaissance et la prise en considération des attentes et des expériences de la personne accompagnée.
C’est un consentement mutuel quant aux objectifs fixés.
C’est un rappel pour la personne accompagnée qu’elle a la liberté de décider de sa participation ou non aux propositions qui lui sont faites.
C’est une évocation et une clarification de ce qui est confidentiel et éventuellement de ce qui ne le sera pas.
C’est un détour dans l’échange sur ce qui pourrait réussir à faire échouer le projet.
C’est la vérification que l’ensemble des éléments qui participe au projet sont consentis dans une relation d’égal à égal et non dans une position de soumission et/ou de dépendance.
C’est une volonté d’unir les énergies des acteurs dans un effort de collaboration et d’éviter le sabotage du processus d’apprentissage et/ou de changement.

Quelles questions se poser au terme du contrat éducatif ?

-    Est-il explicite ?
-    Le changement et/ou l’apprentissage est-il formulé avec des termes positifs ?
-    Les acteurs ont-ils la compétence technique, l’autorité et la compétence organisationnelle pour décider de s’engager ensemble dans ce contrat ?
-    Est-il conforme à la loi, aux bonnes pratiques professionnelles, à la déontologie et aux codes culturels de l’entreprise, du service et/ou de l’établissement ?

Le contrat est un outil et peut être par conséquent réajusté au cours de l’action d’un commun accord.

(1)    Accompagner une personne, c’est l’idée que l’intervenant est un compagnon, à  côté d’elle sur le chemin qui la mènera vers l’autonomie. Cette conception de l’action éducative s’appuie sur le postulat que les personnes sont les mieux placées pour savoir ce qui est bon pour elle et que nous n’avons pas besoin de les tirer et/ou de les pousser vers quelques buts qui seraient extérieurs aux composantes de leur personnalité profonde.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire